Ne pas pouvoir mettre le café moulu du petit commerce du coin spécialisé dans les thés, cafés et autres végétaux à infuser, avouez que c'est quand même stupide. Qui pourrait souhaiter cela ? C'est pourtant ce qu'on nous vend maintenant avec les systèmes de cartouches de café expresso[1]. Et les exemples de ce genre foisonnent, la palme revenant certainement aux morceaux de musique achetés en ligne qu'on ne peut pas lire avec n'importe quel appareil ni n'importe quel logiciel - à l'encontre de l'intérêt de la Culture.

L'objectif n'est plus de satisfaire le client, mais de maximiser le chiffre d'affaire en faisant en sorte que le client ne soit pas trop mécontent. Ce sont les nouvelles méthodes de marketing. Pour qu'il dépense plus, le client doit ne pas avoir d'autre choix que d'acheter chez nous, et il doit acheter régulièrement - donc rien ne doit trop durer. Or comme ce qu'on fabrique n'est jamais tellement mieux que ce que les autres fabriquent, il faut aliéner le client faute de savoir le fidéliser.

Mais ceci nous écarte des standards du web. Ceux-ci ont démontré la force des standards ouverts, non pas pour les bilans financiers, mais pour leurs valeurs d'humanité.

  • les standards ouverts, c'est le libre accès aux connaissances sans discrimination[2]
  • les standards ouverts, c'est le partage de la technologie
  • les standards ouverts, c'est plus de choix pour le consommateur par l'ouverture de la concurrence
  • les standards ouverts, c'est favoriser l'innovation par l'absence du droit d'utilsation des créations

Bref c'est l'intérêt du plus grand nombre, alors qu'on nous sert des modèles favorisant l'intérêt d'une minorité.

Donc, restons ouverts, et souhaitons que les plus réceptifs adhèreront également à ce point de vue nettement plus louable. Où va l'Humanité si on ne peut plus boire le café qu'on préfère ?

Notes

[1] que je serais tenté de qualifier de propriétaires !

[2] d'équipement matériel ou logiciel, ou même de moyens