C'est vrai, on n'arrive même plus à lister tous ses avantages sur Windows® :

Et en plus on n'aurait même pas besoin de le défragmenter chaque semaine ? Et oui on ne défragmente jamais, et, cerise sur le gâteau, la preuve est apportée à l'aide de schémas très faciles à comprendre. En résumé, le système Windows® essaie de tasser les fichiers au début du disque les uns contre les autres, donc dès qu'on modifie la taille d'un fichier, il se met à en écrire des morceaux un peu partout. Au contraire Linux répartit les fichiers sur le disque afin de garder de la place entre eux pour une éventuelle modification de leur taille. Bien sûr ce n'est efficace que si le remplissage du disque n'est pas trop dense.

Certes linuxfr.org nous présente ShaKe, un défragmenteur pour GNU/Linux, mais il est bien précisé que cet outil n'est utile que dans des cas extrêmes, comme une partition très remplie. Le reste du temps, tout va bien : zéro administration, mais qu'est-ce qu'on va faire de nos longues soirées d'hiver ? Recenser tout ce qui plane sur les pauvres Windoziens ? ;-)

Notes

[1] pas de lettre de lecteur qui change avec l'ajout d'un disque dur

[2] les Linux les plus prolifiques sortent une nouvelle version tous les 6 mois !

[3] voir par exemple Bureau 3D : utile ou futile ?

[4] on peut continuer à travailler malgré un gros calcul qui tourne

[5] voir le billet À la découverte de Linux : Linux n'est pas Windows® ! pour plus de détails sur les différences