Et là surprise :

Because the value of an operating system depends critically on the number of users, traditional software has an advantage.

(Parce que la valeur d'un système d'exploitation dépend de façon critique du nombre d'utilisateurs, le logiciel traditionnel a un avantage)

Donc principalement, la valeur de Windows® n'est pas dans Windows® mais dans sa diffusion... En somme, le fait que tout le monde le connaisse et l'utilise serait sa valeur, ce qui revient à dire que sa valeur intrinsèque n'est pas supérieure à celle d'un autre système, peut-être même qu'elle serait moindre[1] ! Et plus loin :

We found that in countries where piracy is highest, Linux has the lowest penetration rate. The model shows that Microsoft can use piracy as an effective tool to price discriminate, and that piracy may even result in higher profits to Microsoft!

(Nous avons découvert que dans les pays où le piratage est le plus important, Linux a un taux de pénétration plus faible. Le modèle montre que Microsoft peut utiliser le piratage comme un outil efficace de différenciation des prix, et que le piratage pourrait même résulter en de plus amples bénéfices pour Microsoft !)

La valeur marchande réelle de Windows® serait donc très altérée par le piratage. Théorie finalement assez classique : le piratage permet de diffuser chez les particuliers des logiciels qu'ils ne se seraient jamais achetés parce que trop cher. Mais une fois en entreprise la notion de coût n'est plus la même et là on achète. Microsoft n'est d'ailleurs pas le seul dans ce registre, loin s'en faut. Ajoutons que de nombreux clients ne savent même pas qu'ils payent Windows® lorsqu'ils achètent leur PC en grande surface[2] !

Ce qui est inquiétant est que tout ceci signifie finalement que Microsoft n'a pas d'intérêt particulier à améliorer Windows®[3] malgré son chiffre d'affaire phénoménal rien qu'en France[4], mais plutôt à essayer de l'imposer partout où il peut, y compris en laissant faire le piratage jusqu'à ce que la base installée permette d'asseoir suffisamment Windows® pour commencer à lutter contre son piratage[5]. Ceci n'est évidemment pas spécifique à Windows®, ni même à l'informatique malheureusement. Oui mais... comment sa valeur peut ne pas être intrinsèque mais plutôt liée à la proportion de ses utilisateurs ? Pourquoi les utilisateurs se sentent-ils obligés d'utiliser Windows® s'il est moins bon ?

  1. la méconnaissance d'alternatives, la résistance au changement, voire la peur de l'inconnu de l'utilisateur
  2. la difficulté à communiquer avec les autres si on n'a pas le même système, les exemples sont nombreux :
    • Internet Explorer ne respecte pas les standards du web, concevoir un site pour ce navigateur mets les non Windows® en marge[6]
    • le format des documents Microsoft Office est gardé secret pour empêcher toute concurrence
    • de nombreux formats vidéos sont spécifiques à la plateforme[7]
    • les logiciels de messagerie instantanée (MSN, etc.) utilisent des protocoles différents
    • la gestion numérique des droits sur Windows® (DRM[8]) n'est pas compatible avec celle du Mac, la musique achetée en ligne sur l'un ne peut donc être lue sur l'autre
    • etc.
  3. les logiciels et matériels sont développés pour la plateforme dominante en priorité voire exclusivement

Le point 3 commence à se rééquilibrer avec le succès du Mac chez les particuliers et de Linux sur les serveurs, et devrait être à nouveau affaibli avec l'émergence des applications en ligne sur Internet[9]. Le point 2 devrait disparaître plus rapidement qu'on ne le pense avec la demande très pressante pour des formats ouverts[10], Microsoft faisant déjà des pas dans ce sens[11].

Restera la résistance au changement. Comme nos universités entreprennent d'ouvrir l'esprit à nos jeunes en leur faisant découvrir les logiciels libres et Linux[12], les nouvelles générations constateront prochainement qu'il est possible de changer facilement. L'équilibre devrait donc se rétablir dans les prochaines années, vers des produits dont la valeur intrinsèque est certainement meilleure.

Notes

[1] on pourra lire à ce sujet le livre Le Hold-up planetaire: la face cachée de Microsoft en libre téléchargement

[2] voir le site http://www.racketiciel.info/

[3] voir le billet Microsoft tombe le masque ! sur ce blog

[4] voir le billet Combien coûte Microsoft à la France ?

[5] voir le billet Tu paies ou on te laisse crever !

[6] Internet Explorer pour Mac n'est plus maintenu depuis l'avènement de Mac OS X

[7] par exemple le Media Player de Windows® ne connaît pas les formats de i-Tunes, le player du Mac, et inversement !

[8] voir le billet Les DRM non merci !

[9] Google Spreadsheets propose un service expérimental d'application tableur en ligne, depuis n'importe quel navigateur Internet donc indépendamment de la machine; lire aussi Google s'attaque à Office en absorbant le traitement de texte Writely

[10] les administrations nationales de nombreux pays exigent l'utilisation de formats ouverts, seuls garants de la pérennité et de l'universalité des données; lire à ce propos Des formats ouverts pour l'interopérabilité dans les administrations et Myosotis de standards ouverts en Belgique - Pour les formats ouverts !

[11] voir Internet Explorer 7 et le respect des standards et Microsoft et le format ODF pour les documents

[12] voir Du logiciel libre dans les Universités, Du logiciel libre dans les Universités (suite) et DLFP: Du logiciel libre dans les Universités (PACA, Rhône-Alpes, DOM-TOM)