Dernière mise à jour : 23/12/2007

Ça change quoi un bureau 3D ?

Des fenêtres qui se déforment, deviennent semi-transparentes, ont une ombre, les bureaux qui forment les faces d'un cube[1] lequel tourne quand on change de bureau, etc. Beaucoup de choses dont on peut allègrement se passer... Mais ce nouveau type de bureau apporte quand même des choses intéressantes du point de vue ergonomie (voir les captures d'écran plus bas) :

  • quand on appuie sur Alt+Tab pour changer de fenêtre, on accède à un bandeau déroulant affichant une miniature de chaque fenêtre
  • de même en appuyant sur Ctrl+Alt+flèche du bas, des miniatures des bureaux sont placées côte à côte en bandeau et les flèches gauche et droite permettent de choisir le bon
  • quand on appuie sur Ctrl+Alt+flèche du haut, les fenêtres se réduisent et se placent côte à côte en mosaïque pour qu'on puisse retrouver celle qu'on cherche[2] (c'est plus ergonomique que le Alt+Tab à mon goût)
  • la touche Super[3] actionnée en même temps que la molette de la souris permet de zoomer sur l'écran lorsque c'est écrit trop petit
  • la touche Alt avec la molette de la souris permet de modifier la transparence d'une fenêtre, pratique pour lire le contenu d'une fenêtre en-dessous dont on a besoin pour rédiger dans la fenêtre du dessus
  • la touche Alt+S enroule ou déroule une fenêtre dans sa barre de titre, enroulée elle ne prend plus que la place de sa barre de titre

Au final le bilan n'est donc pas négatif : il ne s'agit pas d'un pur gadget, même si cela amuse beaucoup les enfants ! On a même le sentiment en visitant les sites web de ces outils qu'ils n'en sont qu'au début et que leur potentiel n'est pas encore pleinement révélé. Une manière de suivre leur évolution est justement de les installer ! En plus ça permettra à votre entourage ou vos voisins de train ou d'avion de se rendre compte qu'il n'est pas nécessaire de se ruiner pour avoir de bons logiciels au goût du jour, qui plus est sur une machine tout-à-fait banale. Il suffit de bien les choisir ! ;-)

Bureau 3D en images

Que l'on trouve ça utile ou futile, ce qui est certain, c'est que la finition graphique est au rendez-vous comme l'attestent les captures ci-dessous. Pour ma part, maintenant que c'est installé, je le garde !

mosaïque des fenêtres

Ci-dessus : mosaïque des fenêtres du bureau actuel : les fenêtres sont momentanément replacées et redimensionnées (voir en grand)

miniatures des fenêtres

Ci-dessus : liste des fenêtres du bureau actuel : les fenêtres sont mises en transparence sauf celle sélectionnée et des miniatures à faire défiler sont affichées (voir en grand)

miniatures des bureaux

Ci-dessus : trois miniatures de bureau à faire défiler sont affichées côte à côte (voir en grand)

Installation

Le bureau 3D exploite la capacité de calcul de votre chipset[4] graphique pour arriver à déformer aussi rapidement l'intégralité d'une fenêtre ou d'un bureau sur une machine âgée de quelques années[5]. Il y a donc d'une part le logiciel, Compiz ou Beryl[6], et d'autre part le chipset graphique, notamment son pilote. Dans la section documentation du site de Compiz on apprend qu'il y a 3 cas de figure :

  1. chipset Intel : aucun problème, on peut utiliser le pilote Linux par défaut
  2. chipset ATI : ça dépend, mais le pilote Linux par défaut doit faire l'affaire
  3. chipset nVidia : utilisez le pilote nVidia dans une version récente (en 9xxx), son installation est très facile en suivant les indications sur le site de Compiz

Pour avoir testé le cas Intel et le cas nVidia, je confirme que la documentation ne ment pas ! Sauf qu'il n'y a pas besoin de redémarrer la machine pour changer de pilote de carte graphique (on n'est pas sous Windows® ;-) ). Il vous faudra peut-être aussi modifier la configuration de votre serveur graphique dans le fichier /etc/X11/xorg.conf comme expliqué dans la documentation Compiz. Ensuite il faut installer les paquets Compiz ou Beryl, sous Debian il y a seulement Compiz et il semble que Ubuntu ait les deux :

$ sudo apt-get install compiz

Pour lancer Compiz, il suffit alors de remplacer le gestionnaire de fenêtre par la commande suivante :

$ compiz --replace

Si votre matériel est moins récent, vous aurez certainement intérêt à utiliser plutôt un filtre de texture rapide :

$ compiz --replace --fast-filter

Si ça échoue, il faut appuyer sur Ctrl+C pour arrêter Compiz ou Ctrl+Alt+Backspace pour relancer le serveur graphique. Si ça marche... il vous faudra remettre en ordre les fenêtres que Compiz aura un peu déplacées !

Vous trouverez en bas de la page Compiz du wiki Debian les principaux raccourcis clavier. Certains des raccourcis fonctionnent déjà par défaut sans 3D mais leur rendu visuel est alors nettement moins intéressant. Un petit tour dans l'éditeur Gconf[7] comme indiqué à la page Gconf-Editor de Compiz vous permettra de consulter les autres raccourcis clavier ou souris en plus d'ajuster quelques paramètres. Enfin pour lancer Compiz au démarrage dans Gnome, il faut éditer sa session dans le menu Bureau -> Préférences et ajouter un programme au démarrage qui est simplement la commande que vous avez retenue plus haut.

Bonnes démonstrations !

Mise à jour du 11/09/2007

Note pour les utilisateurs nVidia

L'installation du pilote nVidia nécessite une interface entre la partie binaire du pilote et le noyau Linux. De ce fait, lors d'une mise à jour du noyau (paquets linux-image) ou du serveur X (paquets xserver-xorg), il est fort probable que votre pilote cesse de fonctionner... Ceci se matérialise par l'impossibilité de lancer Compiz dans votre session et un retour à l'écran de connexion :-( .

Ne paniquez pas, on peut s'en sortir assez facilement ! Pour cela il faut revenir au pilote standard de Linux :

  1. basculer sur une des 6 consoles (raccourci Ctrl+Alt+F1 par exemple)
  2. ouvrir une session root
  3. éditer le fichier de configuration du serveur X /etc/X11/xorg.conf, par exemple avec nano
  4. remplacer le pilote nvidia par la version standard nv à la ligne Driver nvidia dans la section Device.
  5. revenir à l'écran de connexion (raccourci Ctrl+Alt+F7)
  6. relancer le serveur X (raccourci Ctrl+Alt+Backspace)

On peut alors ouvrir sa session normalement ou presque : si les fenêtres n'ont pas de décoration, il faudra taper metacity dans une console pour les retrouver (sans 3D bien sûr). Il n'y a alors plus qu'à recommencer l'installation du pilote nVidia...

Vous comprenez maintenant pourquoi c'est mieux quand les pilotes sont gérés par le système ? ;-)

Mise à jour du 23/12/2007

Si vous obtenez l'erreur suivante en lançant Compiz dans la console :

$ compiz --replace
Checking for Xgl: not present.
Detected PCI ID for VGA: 00:02.0 0300: 8086:2592 (rev 03) (prog-if 00 VGA)
Checking for texture_from_pixmap: present.
Checking for non power of two support: present.
Checking for Composite extension: present.
Comparing resolution (1024x768) to maximum 3D texture size (2048): Passed.
Checking for nVidia: not present.
Checking for FBConfig: present.
Checking for Xgl: not present.
Starting gtk-window-decorator
/usr/bin/compiz.real (core) - Fatal: No GLXFBConfig for default depth, this isn't going to work.
/usr/bin/compiz.real (core) - Error: Failed to manage screen: 0
/usr/bin/compiz.real (core) - Fatal: No manageable screens found on display :0.0

Essayez de diagnostiquer le problème avec la commande glxinfo :

$ glxinfo 
name of display: :0.0
display: :0  screen: 0
direct rendering: No (If you want to find out why, try setting LIBGL_DEBUG=verbose)
[...]

En suivant les indications « If you want to find out why, try setting LIBGL_DEBUG=verbose », ceci donne alors :

$ LIBGL_DEBUG=verbose glxinfo 
name of display: :0.0
libGL: XF86DRIGetClientDriverName: 1.8.0 i915 (screen 0)
libGL: OpenDriver: trying /usr/lib/dri/i915_dri.so
libGL error: dlopen /usr/lib/dri/i915_dri.so failed (/usr/lib/dri/i915_dri.so: cannot open shared object file: No such file or directory)

Il se trouve dans le cas présent que le répertoire /usr/lib/dri/ n'existe pas : il manque un paquet dans le système ! Évidemment les regards se tournent vers un paquet en rapport avec DRI, en fouillant dans synaptic, on trouve libgl1-mesa-dri que l'on installe ainsi :

$ sudo apt-get install libgl1-mesa-dri

Compiz démarre alors correctement ! Curieusement ce paquet n'est pas installé avec le serveur X...

Notes

[1] quand il y en a quatre bien sûr !

[2] on obtient le même effet en envoyant rapidement la souris dans le coin supérieur droit de l'écran

[3] celle représentant le système d'exploitation habituellement vendu avec votre machine, donc une pomme ou des fenêtres

[4] puce électronique, dédiée à l'affichage graphique dans ce cas

[5] la mienne a 2 ans et correspondait à l'époque à un début de milieu de gamme

[6] Beryl est issu de Compiz mais les deux vont prochainement ne former plus qu'un !

[7] pour l'installer : sudo apt-get install gconf-editor