Dernière mise à jour : 18/12/2009, ajout d'exemples de conséquences des logiciels fermés à implication nationale.

Il existe deux grandes catégories de logiciels : les logiciels fermés et les logiciels ouverts. Parmi les logiciels fermés on retrouve tous les « graticiels » freeware et partagiciels shareware, certains logiciels gratuits édités par de grandes sociétés (notamment Adobe Flash Player et Acrobat Reader, iTunes ou encore Internet Explorer), ainsi que la très grande majorité des logiciels commerciaux, pour lesquels un droit d'utilisation financier est à acquérir définitivement ou de manière récurrente. Parmi les logiciels ouverts, on retrouve les logiciels libres et les logiciels open source qui sont gratuits par essence, nous le verrons plus loin.

Logiciel fermé

Un logiciel fermé est un logiciel dont les auteurs souhaitent garder le contrôle unique, même si l'application s'exécute chez vous sur votre machine. Dans de très nombreux cas les auteurs gardent également le contrôle de vos données, même si elles sont stockées chez vous sur votre machine, car celles-ci n'ont de valeur que dans le logiciel qu'ils ont écrit (aucun autre logiciel ne sait les lire). Bien sûr si en plus vos données sont hébergées chez l'éditeur du logiciel (au hasard, Google ;-) ), il est évident que vous contrôlez encore moins vos données puisqu'elles ne sont même plus chez vous, et le logiciel non plus !

Pour garder le contrôle unique du logiciel, il suffit de faire en sorte que les auteurs soient les seuls à pouvoir fournir le logiciel : sa conception est tenue secrète et sa copie n'est généralement possible que selon certaines conditions, financières notamment. Dans le cas de logiciels en ligne, l'utilisateur n'a même plus du tout accès à une copie du logiciel. Pour garder le contrôle de vos données, le principe est le même : il suffit de les stocker dans un format secret illisible par un humain ou quelque part sur un serveur d'Internet.

En résumé : si vous ne pouvez pas savoir comment fonctionne votre logiciel, c'est qu'il est fermée. Si vous ne pouvez pas non plus ouvrir les données qu'il enregistre sans lui, ou si vous ne pouvez pas les récupérer chez vous, c'est qu'il garde en plus le contrôle de vos données. Vous êtes alors dans le cas le plus défavorable : votre propre travail ne vous appartient plus vraiment, il est enfermé dans un coffre dont seuls les auteurs du logiciel ont la clef.

Exemples :

  • vous achetez une chanson en ligne mais celle-ci ne peut-être lue que sur votre ordinateur, que dans une certaine application ou que sur un baladeur mp3 d'une certaine marque (de fruit ! ;-) )
  • vous envoyez un document texte ou une présentation à vos amis (ou l'inverse) mais ceux-ci ne peuvent pas le(la) lire parfaitement sans acheter le même logiciel que vous et dans la même version
  • vous achetez un livre en ligne pour votre lecteur de ebook, mais le livre disparaît subitement de votre lecteur sans explication
  • vous ne pouvez pas utiliser toutes les fonctionnalités de votre logiciel ou de votre système sans payer un supplément
  • vous achetez la nouvelle version de votre système d'exploitation mais vos applications ne fonctionnent plus dedans, il vous faut aussi en racheter les nouvelles versions, voire racheter certains périphériques
  • vous créez un document ou faites votre courrier en ligne sur un site web mais vous ne pouvez pas télécharger votre travail ou seulement dans un format que vos logiciels ne connaissent pas, vous ne pouvez donc pas changer d'hébergeur
  • vous utilisez un logiciel depuis des années mais son éditeur arrête de le commercialiser et vous n'avez plus qu'à mettre vos années de travail à la poubelle…
  • MSN ne marche plus à Cuba car c'est l'éditeur de ce logiciel qui contrôle ses communications
  • la Corée du Sud, sur-équipée en Windows XP et Internet Explorer 6, ne peut plus changer ni de système ni de navigateur sans coût énorme de remplacement du parc informatique de tout le pays

Ceci est possible parce que les auteurs d'un logiciel fermé sont les seuls capables de modifier les fonctionnalités du logiciel, mais aussi les seuls à les connaître toutes. Ils peuvent décider à tout moment de ce que vous avez le droit de faire et de ne pas faire et à quel prix. Bien sûr tant que vous ne mettez pas à jour l'application, il y a généralement peu de chances pour qu'ils puissent exercer ce pouvoir. Cependant, si vos données sont liées exclusivement à cette application, il est évident qu'un jour ou l'autre vous aurez à la mette à jour, ne serait-ce que du fait de l'obsolescence de votre matériel. Et si le logiciel est sur un serveur web, vous ne contrôlez pas du tout ses mises à jour. Donc même si à un instant votre logiciel fermé convient parfaitement, dans le futur ça pourrait changer…

Finalement les auteurs d'un logiciel fermé restent propriétaires de l'application et se rendent parfois (souvent) propriétaires de vos données. Pour cette raison on appelle ce type de logiciel plutôt « logiciel propriétaire » dans la littérature spécialisée.

Logiciel ouvert

Un logiciel ouvert est comme son nom l'indique l'opposé du logiciel fermé ! L'utilisateur, en plus d'avoir le droit d'utiliser le logiciel, a aussi le droit de le copier et de le diffuser comme il veut. Il a aussi le droit de savoir comment il fonctionne dans ses entrailles, bien que ceci n'intéresse pas la très grande majorité des utilisateurs. Mais du coup les auteurs ne peuvent rien cacher : ni les fonctionnalités, ni le format des fichiers générés. Par conséquent il est facile pour un spécialiste d'écrire ou d'adapter un autre logiciel qui saura utiliser les mêmes fichiers mais aura d'autres fonctionnalités. Il est également très facile d'en générer une nouvelle copie, c'est pourquoi ces logiciels sont en très grande majorité gratuits.

En résumé : si vous avez tous les droits sur votre logiciel (utilisation, copie, distribution, analyse et modification), alors il est ouvert. Bien sûr vous n'avez pas forcément les compétences pour l'analyser ou le modifier, mais statistiquement d'autres utilisateurs les auront forcément. Du coup les auteurs n'ont aucun intérêt à essayer de refermer le logiciel par la suite puisque ce serait rapidement contourné par les utilisateurs les plus compétents. Ainsi vous n'aurez pas à payer ses futures évolutions en fonction du niveau de vie souhaité par son auteur ou son éditeur !

Finalement les auteurs d'un logiciel ouvert partagent totalement leur création avec le reste du monde, ce qui laisse les utilisateurs entièrement libres d'en faire ce qu'ils veulent. Pour cette raison on parle plutôt de « logiciel libre » dans la littérature spécialisée. Vous aurez compris que dans le cas des logiciels, la liberté n'a effectivement pas de prix ! ;-)